Haïti-Propriété Intellectuelle: Vers une véritable protection de la capacité créatrice haïtienne

Un séminaire sur la Propriété Intellectuelle autour du renforcement des capacités sur l’utilisation stratégique de celle-ci pour le développement économique, social, culturel et technologique en Haïti s’est tenu les 8 et 9 décembre à Port-au-Prince.

Une initiative que la Directrice générale du Bureau Haïtien du Droit d’Auteur, Mme Emmelie Prophète, a saluée, tout en remerciant les différents intervenants étrangers et haïtiens, spécialement les membres présents de l’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle et du Gouvernement haïtien, dont le Ministère du Commerce et de l’Industrie.

« Je remercie l’OMPI d’avoir répondu positivement à cette requête, le séminaire a été très dense et enrichissant », a-t-elle soutenu à la clôture, avant de d’expliquer que ces deux jours de conférence s’inscrivent aussi dans le cadre du raffermissement des liens entre l’OMPI et l’Etat Haïtien.

Plus loin, Mme Prophète a parlé des différents efforts déployés en faveur du Droit d’Auteur en Haïti depuis l’existence du BHDA et particulièrement depuis son entrée à sa Direction générale il y a quelques années.

Parmi les plus récents résultats obtenus on peut citer : La signature d’un protocole d’accord pour le respect du Droit d’Auteur entre le BHDA et la Radio Télévision Nationale d’Haïti (RTNH) ; L’intégration officielle du BHDA, en tant que membre, à l’ACCS (ASSOCIATION OF CARIBBEAN COPYRIGHT SOCIETIES) ; La mise en œuvre d’un accord déjà signé avec la Direction Nationale du Livre pour l’implantation de cellule du BHDA dans les Centres de lecture et d’animation culturelle (CLAC).

Quant à la soumission à la Présidence du Décret d’application de l’article 45 du décret de 2005 sur la copie privée, elle reste jusqu’à présent sans suite.

« Je suis positive, mais je demeure susceptible », a martelé la DG du BHDA. Selon elle, L’OMPI doit également jouer un rôle concrètement plus impliqué en ce qui concerne son encadrement à Haïti. Elle a mis l’accent sur la lenteur de l’organisation internationale à répondre aux requêtes du BHDA, à faire le suivi d’un processus entamé, ou encore à annuler des projets pour des raisons non soutenues.

Considérant les propos de la DG, le travail à faire en Haïti (l’unique pays classé PMA de la Caraïbe sur la carte de l’OMPI) est énorme. Il va falloir une implication plus objective et constante des différents acteurs clés (Gouvernement, OMPI, Acteurs de l’Industrie culturelle et créative, Créateurs…) en vue d’aboutir à une véritable protection de la capacité créatrice haïtienne et l’émancipation économique de la culture en Haïti.

Notons que plusieurs autres  personnalités importantes ont pris part à ce séminaire, organisé conjointement par l’OMPI, le Ministère du Commerce et de l’Industrie et le BHDA, parmi elles : M. Jude Hervey Day, M. Ghisler Dugas, et M. Rodrigue Josaphat respectivement Ministre, Directeur général et Directeur des affaires juridiques du Ministère du Commerce et de l’Industrie ; M. Willems Edouard, Expert en Droit d’Auteur et Droits Voisins, Consultant auprès du BHDA ; Mme Olgatte Abdou, Conseillère Division pour les pays les moins avancés à l’OMPI ; M. Nour-Eddine Boukharouaa de l’Office marocain de la propriété industrielle et commerciale (OMPIC) ; M. Nicolas Lalyre, Chef du département de l’information sur brevet (Syngenta AG, Suisse) ; M. Mathieu Hien, Conseiller en propriété industrielle, Mandataire agréé auprès de l’Organisation africaine de la propriété intellectuelle (OAPI).