La presse en parle!

Salon du livre de Montréal : cocktail d’honneur pour la délégation haïtienne

La salle Louverture du Best Western Premier ouvrait ses portes, jeudi, à la délégation haïtienne en partance pour la 36e édition du Salon du livre de Montréal. Un cocktail a été donné en son honneur par l’ambassade du Canada, le ministère de la Culture et le Bureau haïtien du droit d’auteur. Tristan Landry, Josette Darguste et Emmelie Prophète, respectivement chargé d’affaires et représentant de l’ambassadeur canadien, ministre de la Culture et directrice générale du BHDA, avaient évidemment fait acte de présence.

Diplomates, ancien président de la République, éditeurs, écrivains, designers, journalistes, des convives triés sur le volet, ont déambulé dans l’espace feutré et climatisé de la salle. Par affinité ou par intérêts communs, les groupuscules se formaient. Les bribes de leur conversation, entre le tintement des verres et les entrées savoureuses, rendaient l’atmosphère plus cordiale, sans toutefois déroger au protocole coutumier à ce genre de soirées.

Dans ses propos de circonstances, madame Darguste a exprimé sa joie pour cet honneur qui est fait à Haïti par cette invitation. « Je tiens à féliciter la directrice du BHDA pour le dévouement dont elle a fait montre pour que tout soit réglé à temps et que les déplacements soient possibles », a-t-elle souligné. Madame Darguste s’est également dit confiante du rayonnement qu’aura le pavillon haïtien à cet événement.

Comme pour marquer un intermède, Béonard Monteau, Vladimir Delva et Billy Midi, slameur et comédiens, ont fait des lectures pour le plus grand plaisir du public. De Lyonel Trouillot à Kettly Mars et Emmelie Prophète, en passant par Gary Victor et Yanick Lahens, les extraits de leurs textes qui ont été lus ont donné un avant-goût de ce que sera l’ambiance à Montréal.

La directrice du BHDA, Emmelie Prophète, pour sa part, a déclaré dans quelques mots accordés au journal à la fin de la soirée, être presque sûre que ces nouveaux échanges élargiront davantage les espaces de légitimation pour la littérature haïtienne. « C’est d’ailleurs à cette tâche que s’est attelé Rodney Saint-Eloi en initiant les Rencontres québécoises, a-t-elle insisté. Pourquoi les deux plus grands voisins francophones de l’Amérique ne se parleraient pas plus? Je crois que la participation haïtienne à cette 36e édition marque le début d’une plus grande collaboration. Montréal pourrait même devenir un marché potentiel pour les livres haïtiens…», a conclu madame Prophète.

En somme, une belle soirée… Un cocktail suffisamment exquis pour annoncer la couleur de l’accueil qui sera réservé à la délégation haïtienne au Québec.

 

 Péguy F. C. Pierre